RegisBruneau

Régis BRUNEAU, 57 ans, aime à dire qu’il travaille « dans la cour » : entre les bureaux et l’atelier !

Régis BRUNEAU : chef d’atelier… et homme-orchestre

Les journées du chef d’atelier se suivent et ne se ressemblent pas. Polyvalent et rigoureux, Régis BRUNEAU occupe un poste clé chez BABIN JAMES.
« Je gère les fournitures de l’atelier et des chantiers à l’extérieur, les éventuelles urgences liées aux approvisionnements, les relations avec les fournisseurs... Je participe à la répartition des tâches, à la coordination des effectifs avec les conducteurs de travaux… », énumère Régis BRUNEAU. Rien ne semble pouvoir altérer la sérénité de ce cadre qui doit au final être au courant de tous les chantiers. Il faut dire qu’il a lui-même dirigé une entreprise avant de rejoindre BABIN JAMES en 2008.

Première carrière dans l’ébénisterie
Ébéniste de formation, ce Mayennais d’origine a notamment œuvré à Paris chez un fabricant de meubles de style en bois massif. Lorsque sa femme est mutée en Mayenne en 1981, Régis BRUNEAU recherche un emploi dans le même secteur. Il se retrouve rapidement associé à un fabricant de meubles lavallois qui l’a embauché, avec qui il réalise des pièces de style Louis XV, Régence... La belle aventure durera 25 ans, jusqu’à ce que les commandes s’avèrent insuffisantes. « Les meubles en bois massif ne se vendaient plus », commente Régis BRUNEAU. En gestionnaire responsable, il préfère déposer le bilan plutôt que de s’endetter.

Changement de cap à 51 ans
À 51 ans, il envisage de changer complètement de voie mais prend malgré tout contact avec BABIN JAMES, qui recherche alors un conducteur de travaux. Anthony JAMES lui propose un tout autre poste : celui de chef d’atelier. « Après deux semaines à découvrir l’entreprise, j’ai accepté », se souvient Régis BRUNEAU. Ce qui l’a convaincu ? «  La bonne ambiance entre les salariés, le patron toujours abordable », confie-t-il. Au final, le cadre apprécie d’être passé « au côté intellectuel » d’un travail qui avait pour lui toujours comporté une composante manuelle. Doté d’un excellent relationnel, il est apprécié des menuisiers autant que d’Anthony JAMES, pas peu fier de l’avoir recruté.